Journée Sentinelles

Ce contenu a été publié il y'a 10 mois. Il se peut qu'il contienne des informations obsolètes. Merci de garder à l'esprit l'ancienneté de ce contenu pendant votre lecture.

La 5e édition de la journée Référents et Sentinelles – proposée par le réseau Flach (réseau fontainois de lutte et d’action contre le harcèlement) – s’est déroulée le 24 janvier à la MJC Nelson Mandela. Une initiative pilotée par le service égalité, citoyenneté de la Ville.

Le dispositif Sentinelles et Référents a été imaginé par le psychologue communautaire Éric Verdier, explique Nadine Nivon, responsable du service égalité, citoyenneté de la Ville. Composé de groupes d’élèves et de professionnels, ce dispositif sert à identifier et à lutter contre les phénomènes de bouc émissaire et les situations de harcèlement en milieu scolaire.” Créé en 2014 sur le même principe, le réseau Flach (réseau fontainois de lutte et d’action contre le harcèlement) regroupe aujourd’hui de nombreux acteurs locaux : élèves et professionnels des collèges Jules Vallès et Gérard Philipe, services jeunesse et prévention de la Ville, espace santé Simone Veil, éducateurs de l’Apase.

Respect mutuel et vivre ensemble

Cette journée a pour objectif de rassembler les élèves Sentinelles et les adultes Référents afin de poursuivre le travail de sensibilisation et de lutte contre la violence du harcèlement scolaire, fait remarquer Claudine Didier (adjointe à la politique de l’égalité, citoyenneté et insertion). Cette action, basée sur le volontariat, donne de bons résultats depuis quelques années et permet d’aider les plus jeunes au quotidien. L’idée serait maintenant de pouvoir étendre ce dispositif dans des écoles fontainoises. En attendant, des affiches d’information et des sets de tables sur ce thème vont être prochainement distribués dans les établissements et cantines scolaires.” Fin janvier, la MJC Nelson Mandela a accueilli de nombreux participants pour cette nouvelle rencontre du réseau. Au programme de la journée : théâtre forum avec la compagnie Ru’elles pour mettre en scène des situations vécues par les Sentinelles, ateliers « jeu de l’oie » consacré à la prévention du harcèlement sexiste, sexuel et homophobe (un jeu bientôt disponible dans les collèges et le lycée de la commune), vidéo interactive sur le cyberharcèlement ou encore techniques de théâtre… Au final, le rendez-vous a permis d’échanger collectivement et de se préparer aux différentes agressions dont peuvent être victimes les élèves. “Et tout ce travail ne pourrait se faire sans le soutien financier de l’État, de la Métropole et surtout de l’Agence régionale de santé”, souligne Nadine Nivon.

Le reportage

 

 

Ce contenu a été publié il y'a 10 mois. Il se peut qu'il contienne des informations obsolètes. Merci de garder à l'esprit l'ancienneté de ce contenu pendant votre lecture.